Recherche

Grossesse : une piste pour prévenir le diabète de l’enfant ?

Été 2018 - Lettre n°26
#Grossesse #Prévenir #Diabète #enfant #Diabète de type 2 #Sédentarité #Ilôts pancréatiques #Résistance à l'insuline #Mauvaise alimentation #Tissu adipeux brun

La deuxième édition d’euroDia meeting, congrès scientifique et médical intégralement dédié au diabète (9 et 10 novembre 2017 à strasbourg), avait eu l’honneur d’accueillir le Pr Emmanuel Van Obberghen, référence mondiale dans le domaine de la recherche sur la résistance à l’insuline et le développement du diabète de type 2, venu présenter les résultats de sa dernière étude.

Il est aujourd’hui établi qu’une mauvaise alimentation et une sédentarité sont parmi les causes les plus connues du diabète de type 2 chez l’enfant et l’adulte. Mais de nouvelles études mettent en évidence le rôle d’autres facteurs dans le développement du diabète de type 2.

Des études épidémiologiques ont en effet montré que des enfants naissant avec un poids inférieur à 2,5 kg en raison d’un environnement maternel peu adapté, ont plus de risques de développer une intolérance au glucose et un diabète de type 2 avec l’âge. Le Pr Van Obberghen, endocrinologue et Professeur de Biochimie et de Biologie Moléculaire à la Faculté de Médecine de l’Université Nice Sophia Antipolis, a notamment prouvé que lors d’une grossesse, les facteurs environnementaux maternels peuvent impacter le fœtus, engendrant un défaut de régulation du métabolisme chez l’enfant et ainsi participer à l’arrivée du diabète chez ce dernier.

En effet, ses derniers résultats de recherche montrent une diminution de la taille des îlots pancréatiques sur un modèle de rats femelles gestantes qui ont suivi un régime faible en protéines au cours de leur gestation. Le développement du tissu adipeux brun (tissu responsable de la production de chaleur pour maintenir une température de 37°C chez les nouveau-nés) est altéré chez ces femelles, ce qui est en partie responsable de la mise en place de l’insulino-résistance et d’une hyperglycémie. Le Pr Van Obberghen a mis en évidence que le sous-développement de ce tissu adipeux brun s’explique par un échange de matériel génétique entre la mère et le fœtus lors de la grossesse.

Le tissu adipeux brun développé normalement au cours de la grossesse apparaît donc comme un régulateur primordial du métabolisme à l’âge adulte.

Les données de l’étude du Pr Van Obberghen montrent que la restauration d’un tissu adipeux brun normal chez le fœtus pourrait être une piste thérapeutique pour prévenir l’apparition du diabète de type 2 à l’âge adulte chez les populations à risques.

J.C.

Partager cet article sur :