Recherche

Lien entre pesticides, surpoids et diabète de type 2 prouvé !

Automne 2018 - Lettre n°27

Les résultats d’une étude* réalisée sur l’animal par l’INRA (Institut National de la Recherche Agronomique) en partenariat avec l’INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale) démontrent une causalité entre consommation de pesticides par voie alimentaire et développement du diabète de type 2 ou encore surpoids… Des données cohérentes avec des études réalisées par le passé en particulier celle de la cohorte NutriNet, qui avait suivi les habitudes alimentaires de 50 000 personnes en 2013 et 2017.

Pour en arriver à cette théorie, les chercheurs ont mimé sur des rongeurs de laboratoire l’exposition possible des consommateurs aux pesticides. Ils ont ainsi additionné à leur alimentation un mélange de 6 pesticides courants, que l’on peut retrouver par exemple sur nos pommes cultivées en Union Européenne, sur la base de faibles doses journalières considérées comme « admissibles pour l’Homme » par les agences de sécurité sanitaire (c’est-à-dire estimées sans risque pour la santé).

Une expérience « originale »

Au terme de cette expérience d’un an, la consommation de pesticides au quotidien, même en faible dose, a induit des troubles métaboliques significatifs mais de manière différenciée selon le sexe. En raison de mécanismes différents au niveau du foie et de la flore intestinale, les organismes du mâle et de la femelle ne réagissent pas de la même façon. Ainsi les mâles sont sujets au diabète de type 2, à la stéatose du foie (accumulation de graisse dans le foie, généralement provoquée par une alimentation trop riche en gras) et à un surpoids important (une prise de poids double par rapport aux mâles témoins). Pourtant, ce régime alimentaire n’était pas destiné à leur faire prendre du poids et n’a donc pas été enrichi en gras et en sucre ! Du côté des femelles, en plus d’une flore intestinale modifiée, des perturbations au niveau du foie se sont développées.

Un effet cumulatif et imprévisible des pesticides ?

L’étude révèle par ailleurs un effet « cocktail » des pesticides. Les équipes de recherche ont testé chacun des 6 pesticides de manière isolée, avant d’observer l’effet cumulatif de 6 pesticides : il en résulte que le mélange ne semblent pas entraîner qu’une simple addition des effets de chacun.

Finalement, toutes ces informations convergent vers une théorie : les plus grands consommateurs d’aliments bio seraient moins exposés au surpoids et au syndrome métabolique précurseur du diabète de type 2. Désormais les chercheurs approfondissant la compréhension des mécanismes de détoxification de ces pesticides, afin d’expliquer cette différence de réaction entre mâles et femelles

 

 

Sources :

* Metabolic Effects of a Chronic Dietary Exposure to a Low-Dose Pesticide Cocktail in Mice: Sexual Dimorphism and Role of the Constitutive Androstane Receptor. Environmental Health Perspectives. 25 juin 2018. Doi https://doi.org/10.1289/EHP2877

Communiqué de presse INRA – Effet cocktail de pesticides à faible dose par l’alimentation : les premiers résultats chez l’animal montrent des perturbations métaboliques – 27/06/2018

Le Monde – Diabète et obésité : les pesticides pourraient augmenter le risque pour la population – 29/06/2018

Partager cet article sur :