Recherche

pancréas bioartificiels : où en sommes-nous ?

Hiver 2015 - Lettre n°13
#Pancreas bioartificiel #Traitement #Diabète de type 1 #Cellules #Insuline #Macro-capsules

Le pancréas bioartificiel est considéré comme la solution la plus physiologique en développement et celle qui apportera le plus d’autonomie dans le traitement des patients diabétiques de type 1. La stratégie d’encapsulation consiste à placer les cellules sécrétrices d’insuline entre deux membranes semi-perméables composées de matériaux inertes. Ces dernières doivent permettre le passage de petites molécules, telles que l’insuline et le glucose, tout en empêchant l’entrée des cellules immunitaires et les anticorps. Ainsi, l’encapsulation des cellules sécrétrices d’insuline devra empêcher le rejet de la greffe ainsi que la réaction auto-immune.

Le pancréas bioartificiel doit présenter trois fonctions clés

  1. Protéger les cellules transplantées du système immunitaire du receveur,
  2. Protéger le receveur des cellules transplantées, qui peuvent être d’origine animale ou génétiquement modifiées,
  3. Permettre des échanges rapides entre les cellules transplantées et la circulation sanguine.

Les macro-capsules développées à l’heure actuelle existent sous quatre formats

  • Le premier format est schématisé par une fibre creuse contenant des cellules sécrétrices d’insuline et fermée à ses deux extrémités. Ce module, appelé Encaptra®, est développé par la société Viacyte®. Ce dispositif est rentré en phase clinique I/IIa chez l’homme fin 2014 avec des cellules souches qui se différencient en cellules sécrétrices d’insuline une fois implantées chez l’homme.
  • Le deuxième format est schématisé par un feuillet en alginate. Le système est formé de 3 composantes : les îlots de Langerhans, une membrane de renforcement mécanique et une couche d’alginate qui entoure l’ensemble. C’est le cas du système Islet Sheet, développé par la société Cerco Medical.
  • Le troisième format est schématisé par une chambre de diffusion. Le système Beta-O2 qui existe sous ce format comporte un compartiment pour une injection quotidienne d’Oxygène dans le pancréas bioartificiel dans l’espoir d’améliorer la survie des cellules encapsulées. Le système Beta-O2 vient d’entrer en phase clinique I/IIa chez l’homme avec des îlots humains.
  • Le dispositif de macroencapsulation MAILPAN® développé par le CeeD est également une chambre de diffusion mais qui repose sur les principes suivants : une membrane modulable permet d’apporter les propriétés de diffusion requises. Elle est associée à un traitement de surface spécifique et breveté qui permet d’augmenter la biocompatibilité du module. Il est de plus possible de remplir et de vider le module d’encapsulation en fonction des besoins et sans opérer le patient.

Le MAILPAN® est actuellement en cours d’essais précliniques chez le primate et devrait rentrer bientôt en phase clinique I/IIa chez l’homme. Les essais précliniques sont encourageants à la fois en termes de sécurité et de fonction du dispositif.

Source image : http://cdn.images.express.co.uk/

Partager cet article sur :