Initiative

Portrait de Céline Chassard

Propos recueillis par Marion Wetzel

Hiver 2017 - Lettre n° 24

Un magasin d’un nouveau genre vient d’ouvrir ses portes à Guémar en Alsace (68), sous l’impulsion de Céline Chassard. Son originalité ? Ne proposer que des produits sans sucre. Une manière de répondre aux frustrations de son père diabétique (et de tant d’autres), qui s’est souvent privé, faute de trouver des produits adaptés, ne risquant pas de faire grimper en flèche son taux de glycémie. Son magasin propose ainsi plus de 400 références de produits de tout genre, dont 60% sont bio et 30% sans gluten : tablettes de chocolat, biscuits salés et sucrés, pâtes, sauces tomates (…).
De quoi redonner le sourire à nombre de gourmands !

 

 

Comment vous est venue cette idée ? Quelle a été votre motivation ?

Lors d’un repas de famille, alors que nous arrivions au dessert, papa nous dit avec tristesse qu’il aimerait bien en manger lui aussi et que malheureusement il ne pouvait pas, étant diabétique (type 2). C’était en 2012. Je suis donc partie à la recherche de produits gourmands adaptés aux personnes diabétiques et une évidence s’est naturellement imposée : on trouvait peu de produits disponibles en France et le peu était assez onéreux et de qualité moyenne, notamment au niveau des textures.

Lors d’une balade en Belgique, je me suis rendue dans un petit supermarché pour effectuer quelques achats et là je découvre en rayons moults produits sans sucre tels que chocolats, biscuits et bonbons… Je décide d’en rapporter à mon père. Je n’oublierai jamais l’expression de son visage et la lueur de joie qui brillait dans ses yeux lorsqu’il a ouvert le carton ! Je n’oublierai jamais cette émotion ! C’est à cet instant précis que j’ai décidé de me lancer dans cette aventure, ayant à cœur de rendre accessible ce bonheur à tout le monde !

A-t-elle été difficile à concrétiser ?

La première difficulté a été de trouver les fonds nécessaires à la construction de ce projet. Aujourd’hui, les prêts bancaires ne sont plus accordés aux personnes en création d’entreprise. C’est grâce à l’Adie (Association pour le Droit à l’Initiative Économique) d’une part et des prêts privés que j’ai pu, après deux ans de combat, ouvrir le magasin.

Ensuite, je suis partie à la chasse aux produits adaptés aux personnes diabétiques dans toute l’Europe. Nos voisins allemands, belges, hollandais ont une belle longueur d’avance sur nous. On trouve chez eux beaucoup de produits divers et variés à base de maltitol surtout mais aussi à la stévia, au xylitol et au tagatose pour la Hollande. Les espagnols sont également d’excellents producteurs de produits sans sucre (édulcoré avec des polyols) et proposent notamment des produits sans sucre ajouté qui sont chez Torras par exemple, sans gluten.

Aujourd’hui la gamme se diversifie car les fournisseurs avec lesquels je travaille n’hésitent pas à m’informer et m’orienter vers de nouveaux produits et d’autres fabricants. Cela me permet de découvrir et de tester des nouveaux produits.

Avez-vous bénéficié de soutiens ?

Comme je l’expliquais précédemment, l’Adie m’a donné une première impulsion pour la réalisation de ce projet. Je n’ai pas ou très peu été soutenue matériellement et financièrement si ce n’est à titre privé. Je n’ai d’ailleurs eu accès à aucune subvention bien que j’aie quitté l’éducation nationale (où j’étais contractuelle) pour construire ce projet. Du point de vue humain, mes médecins (généraliste, gynécologue, dentiste) m’ont sérieusement encouragée à mener ce projet à terme. Ils m’ont souvent remonté le moral, redonné des forces et créé en moi l’enthousiasme nécessaire à son aboutissement.

Quelle est votre clientèle aujourd’hui ?

L’adage de Diab’Est, sa raison d’être, est que toute personne diabétique, que ce soit type 1 ou 2, ou encore gestationnel peut consommer tout ce qui se trouve en rayon. En parallèle, j’ai reçu la visite de personnes atteintes de cancer qui m’ont expliqué que les cellules cancéreuses se nourrissent de glucose et donc elles désiraient une alternative. Se priver de dessert et de gourmandise est souvent vécu comme une frustration voire une souffrance. Les produits à base de polyols (maltitol principalement, érythritol, glycoside de stéviol, xylitol etc.) ainsi que d’autres édulcorants tels que l’isomalt ou le sucralose sont une alternative, à condition de suivre les conseils d’usage pour leur utilisation et leur consommation. Le maltitol par exemple n’est pas accessible aux enfants de moins de trois ans. Les personnes intolérantes au gluten trouveront quelques produits adaptés, néanmoins ceux-ci sont toujours sans sucre ajouté à la base. Le sans gluten, sans lactose, vegan et bio sont chez Diab’Est une option.

Vous trouverez aussi dans les rayons des produits enrichis en protéines. Des personnes qui font des régimes, y compris les sportifs font partie de mes clients. Le diabète « n’ayant pas d’âge », quelques enfants et adolescents ont été ravis de découvrir le magasin où la pâte à tartiner aux noisettes et le ketchup leur sont accessibles. Parfois je reçois des personnes dont les parents sont diabétiques, avec cette pensée qu’il vaut mieux prévenir que guérir. Une initiative que j’ai moi-même adoptée. Et enfin, plusieurs fois j’ai reçu des personnes sans pathologie particulière qui ont envie de changer leurs habitudes alimentaires et de limiter l’apport en glucose et saccharose dans leur alimentation.

Est-il possible de vous passer commande à distance ?

Il existe déjà des e-site de vente proposant des produits sans sucres ajoutés. Je ne désire pas me lancer dans la commande à distance, préférant le contact humain, l’écoute bienveillante, les conseils de vive voix et parfois l’échange d’idées et de recettes. Je propose régulièrement à mes clients de tester les nouveaux produits qui me sont proposés et laissés en échantillon par les fabricants ou les commerciaux. Au-delà de l’aspect commercial, Diab’Est est un lieu où chacun peut apporter sa pierre à l’édifice en participant au choix des recettes qui peuvent ou non être vendues. Je privilégie les relations humaines et le dialogue, considérant que chaque personne est différente, en essayant de les conseiller au mieux en fonction de la gravité (ou non) de leur pathologie, de leur âge, de leur rythme de vie, de leurs goûts et de leurs envies.

Avez-vous d’autres projets ? Comment voyez-vous l’avenir ?

Excellente question ! J’ai des projets plein la tête ! Tout d’abord je suis ravie de travailler avec des acteurs locaux en Alsace. Récemment par exemple, j’ai été contactée par un monsieur qui a une boutique de bredele sur Neuf-Brisach et il propose deux recettes au maltitol que je vais pouvoir ajouter dans les rayons. Développer le sans sucre ajouté en Alsace me tient à cœur. Nous sommes riches en savoir-faire et j’aimerais vraiment encourager les professionnels et artisans de l’alimentation à se lancer dans la fabrication de gourmandises à base d’édulcorants (les confitures par exemple).

Mes clients viennent des 4 coins de l’Alsace : Haguenau, Saint-Louis, Dannemarie, Rouffach, Thann, Marckolsheim etc. Le projet premier qui me tient à cœur est de me rapprocher de ces personnes. Ouvrir d’autres boutiques dans différents endroits dans le Haut-Rhin et le Bas-Rhin me semble une évidence. J’ai d’autres projets très sympas que je préfère garder secrètement dans mon cœur pour l’instant par discrétion ! Sourire !

En ce qui concerne l’avenir, l’idéal serait de voir le taux de la population atteinte du diabète baisser, particulièrement en Alsace où le fléau est réel. J’aimerais que nos jeunes réalisent la dangerosité de leur surconsommation de sucre. Parfois ingéré à leur insu pour ne pas parler de la restauration rapide.
Tout cela est peut-être utopique, néanmoins j’ai une profonde pensée pour Erik, un ami hollandais installé en Alsace, qui m’a vivement encouragée aussi pour ouvrir le magasin. En effet, il m’expliquait que les hollandais consommaient tous du sans sucre par habitude et que nous français nous étions très en retard… Alors si tous ensemble, producteurs, vendeurs et consommateurs, on faisait reculer le diabète au moins en Alsace ?

Ce serait une belle victoire !

 

Diab’Est 43 route d’Illhaeusern – 68970 Guemar – Tél. 06 02 38 83 50

Partager cet article sur :