Communication croisée entre les muscles et le pancréas

Le diabète est une maladie complexe qui implique un dialogue étroit entre le pancréas (cellule bêta pancréatique) en charge de la production d’insuline, et différents organes, notamment le muscle.

Bien que peu connue à l’heure actuelle, l’intercommunication entre le pancréas et le muscle semble jouer un rôle clé dans le développement du diabète, le muscle squelettique étant considéré comme l’organe cible majeur de l’insuline, qui maintient l’équilibre du taux de glucose dans le sang.

 

Concept visuel-article-karin-lettre-ids-17

Lors d’un exercice physique, nos muscles produisent des molécules (les myokines) pouvant avoir un effet protecteur sur les cellules bêta-pancréatiques.
Toutefois, le type de molécules sécrétées dépend :
  • du type de fibre musculaire stimulé, et par conséquent de la nature de l’exercice physique (muscle de type 1 / endurance OU muscle de type 2 / force) ;
  • de la sensibilité de ces fibres à l’insuline.

Ce concept novateur pourrait expliquer, du moins en partie, les bénéfices de l’activité physique chez les patients diabétiques.

 

Enjeu

Le Centre européen d’étude du Diabète explore la communication croisée entre le muscle et le pancréas (et en particulier les cellules beta-pancréatiques) afin d’expliquer les effets bénéfiques du sport sur le diabète au niveau cellulaire.

Sa compréhension permettra de repenser la prise en charge du patient diabétique, non seulement au travers du sport mais aussi grâce à des molécules innovantes qui pourraient être développées.

A terme, le CeeD souhaite développer une solution thérapeutique afin de prévenir le processus de développement du diabète.